Saint-Jérôme, le 27 octobre 2015 - Après avoir aboli la plupart des lieux de concertation et de partenariat développés en collaboration avec les groupes de femmes, après avoir aboli les ententes en matière d’égalité pour les femmes, le gouvernement libéral s’apprête à mettre de l’avant un programme qui nie l’expertise des groupes de femmes et qui constitue une bien mauvaise utilisation des fonds publics.

 

La Ministre responsable de la Condition féminine, Stéphanie Vallée devrait annoncer sous peu le lancement d’un appel de projets d’un million de dollars pour l’ensemble du Québec qui fera atterrir en moyenne 60 000$ dans chaque région, pour des projets en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Aussi, elle ouvre la possibilité aux MRC, aux Chambres de commerce, à tous les groupes communautaires, soit à plus de 6 000 organismes, la possibilité de déposer des projets alors qu’ils ne disposent pour la plupart d’entre eux d’aucune expertise en matière d’égalité pour les femmes. « Il s’agit d’un exemple navrant de saupoudrage et de gaspillage de fonds publics. Au lieu de consolider les efforts des groupes déjà investis depuis plus de vingt-cinq ans pour favoriser l’égalité des femmes en région, la ministre disperse le peu de fonds dont elle dispose pour laisser croire que son gouvernement se préoccupe d’égalité pour les femmes alors qu’il a prouvé tout au long de la dernière année le contraire » d’affirmer Audrée Villeneuve, porte-parole du Réseau des Tables. Lire la suite