September 30, 2016
Communiqué de presse

 

Québec, 30 septembre 2016 - Trois regroupements représentant des centaines d'organismes communautaires de la région sont en furie contre le Service de police de la Ville de Québec après s'être vu interdire de manifester dans la rue. Les trois regroupements tenaient ce matin une manifestation dans le Vieux-Port de Québec pour demander un réinvestissement dans les organismes d’action communautaire autonome, les services publics et les programmes sociaux.

 

«Le règlement de la Ville de Québec a été respecté à la lettre, l'itinéraire a été remis avant le début de la manifestation et pourtant le SPVQ nous interdit de circuler sur la voie publique, c'est absolument révoltant», a déclaré Vicky Brazeau du Regroupement des organismes communautaires de la région 03.

 

«À l'adoption du RVQ 1091 en 2012, le maire de la Ville de Québec était sorti dans les médias pour déclarer que si l'itinéraire était remis 5 minutes à l'avance il n'y avait pas de problème. C'est exactement ce qu'on fait, mais on constate que le SPVQ n'en a rien à faire des paroles du maire tout comme des règlements municipaux. C'est à se demander qui fait la loi à Québec le maire ou la police», a dénoncé Isabelle Brousse du Regroupement des groupes de femmes de la région Capitale-Nationale.

 

«Les policiers menacent nos membres parce que qu'ils ont un pied dans la rue, on menace nos porte-parole de leur remettre des constats d'infraction alors qu'aucune infraction n'est commise. Ces pratiques portent un nom, ça s'appelle de la répression policière. On cherche carrément à décourager la population de prendre la rue pour défendre leurs droits. Est-ce que c'est là qu'on est rendu à Québec?», a dénoncé Vania Wright-Larin du Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches.

 

Les trois regroupements d'organismes demandent au maire de rappeler les services de police à l'ordre et de faire respecter le droit de manifester à Québec.

-30-